• Un poème de Wen T'ing-Yun (818-872)

    Un poème de Wen T'ing-Yun (818-872)

    Pluie printanière, abondante : 

    La berge se teint de vert tendre.

    Frôlant les saules, arrive un couple de hérons : 

    Bains et ébats, dans la lumière nue...

     

    Rideaux d'azur haut enroulés,

    Balustrades aux méandres sans fin.

    Nuages épars sur l'eau, arbres à la brume mêlés :

    Cœur minuscule, pensée infinie.

     

     Wen T'ing-Yun (Chine)

     

    Peinture : Sabre Esler 

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 21 Juin à 15:19

    Oh qu´il est beau ce tableau ! J´aime aussi le poème yes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :