• Un matin d'avril

    D’abord une longue vague mouvante 

    la ville est étonnamment absente

    je suis immobile

    il monte l'escalier

    Un matin d’avril dans la ville encore vide 

    La lumière est transparente, presque liquide

    Je traverse une place, encore calme à cette heure matinale, je goûte son espace, je m’emplis de son silence. Je frissonne un peu sous la brise fraîche. Je salue de grands arbres, leurs feuillages sont encore hésitants, des grappes de lumière dansent dans les branchages. Au rythme d’un pouls régulier la brise va et vient.

    Un matin d’avril, calme et lumineux à peine habité de cette brise légère qui va et qui vient.

    La lumière est transparente, presque liquide

    La ville, étonnamment vide

    Je suis en haut de l’escalier qui descend au métro.

    Je m’arrête pour laisser sortir le flot des voyageurs. Je suis en haut de l’escalier, immobile.

    Un flot de visages inconnus monte

    Comme une longue vague mouvante

    La ville est étonnamment absente

    Je suis immobile, la vague s’élève vers le jour qui se lève, la lumière est liquide, la ville étonnamment vide.

    Je suis immobile. Il monte l’escalier, ses yeux sont encore baissés.

    Je n’ai pas le temps de détailler ses traits, à peine le temps de le voir. La lumière bascule dans un tournoiement soudain et la vague s’efface. Je vois ses yeux, seulement ses yeux.

    La vague se défait dans la lumière liquide.

    Ses yeux se posent sur le velours rose de mon blouson. Puis montent à mes yeux. Son regard s’illumine. Nos yeux se happent, s’enlacent.

    La même attraction et la lumière bascule et la lumière tournoie

    La même interrogation, la même hésitation

    et le matin entier tournoie

    Il me frôle et le vertige s’empare de moi

    Je suis toujours immobile en haut de l’escalier. Au rythme précipité de mon pouls, je sens le sol se dérober, se dérober.

    Tout va très vite et pourtant le vertige n’en finit pas.

    Happée, incapable de bouger, j'absorbe sa lumière, je bois son sourire.

    Je suis toujours immobile, la lumière se referme sur moi, je sens sa présence transparente, presque liquide.

    Mon pouls ne ralentit pas.

    Tout va très vite, sa lumière m’habite, et déjà il n’est plus là.

    Je suis toujours immobile devant l’escalier vide.

    La brise va et vient au rythme de mon pouls déréglé.

    La ville commence à s’éveiller.

    Je vais m’engouffrer dans l’escalier,

    laisser là-haut la lumière liquide d’un matin d’avril, la lumière transparente d’un matin d’avril

    normal, parfaitement normal.

     

    © Claire-Lise Coux

     

    Lyon, 17 avril 2018

     

    Pensée particulière pour Patricia et ses conseils d'écriture 


  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Juin à 22:01

    Quel plaisir de le lire à nouveau !

      • Samedi 2 Juin à 11:28

        Merci pour tout Patricia ! Sans toi, ce texte ne serait pas né…

    2
    Mardi 12 Juin à 17:43

    Juste un mot : superbe !

    3
    Mardi 12 Juin à 21:05

    Merci infiniment Elfine ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :