• Péronnelle d'Armentières (née vers 1340)

    Péronnelle d'Armentières (née vers 1340)

     

    Fille de messire Gonthier d’Unclair, Péronnelle d’Armentières a vécu richement dans sa seigneurie de Champagne où elle s’instruisait et rimait à loisir.

    Elle nourrissait une grande admiration pour le poète Guillaume de Machaut, chanoine de l’Eglise de Reims, qu’elle n’avait jamais vu et qui était l’ami de son secrétaire. Celui-ci fut chargé de porter au chanoine un rondeau où la jeune fille offrait son cœur et lui demandait d’entamer une correspondance suivie. Péronnelle était une fille ravissante, très douée, âgée de dix-huit ans. Machaut qui en avait soixante était borgne et goutteux. Les lettres et les poèmes ardents se succédèrent sans répit et la belle émit bientôt le vœu que son ami les insérât dans un récit où il conterait leur aventure. Cela fut fait dans Le Voir Dit qui contient les vers et les missives des deux poètes ainsi que les détails les plus curieux sur leur liaison.

    Lorsque la demoiselle fixa leur premier rendez-vous, Machaut fut fort inquiet de l’effet que produirait sur elle sa décrépitude. Mais cette rencontre se passa fort bien et l'on s'embrassa gentiment sous les regards bienveillants du secrétaire de Péronnelle et de quelques amis. Le second rendez-vous fut décidé à l’occasion d’un pèlerinage à Saint-Denis. Machaut donna à son « cher cœur » quelques baisers anodins. Mais au moment des adieux, sa dame le ravit en lui confiant « la clé d’or de son honneur ». Les mœurs du moyen-âge, si différentes des nôtres, ne facilitent guère la compréhension de cette histoire d’amour où l’on ne distingue pas toujours la réalité de l’invention. C’est la jeune fille qui mit fin à cette aventure, vraisemblablement pour se marier. Pourtant Machaut jura d’aimer, sa vie durant, la « Toute belle » qui n’est jamais nommée dans Le Voir Dit que par de tendres épithètes ou de mystérieuses allusions chiffrées qu’on a tenté d’interpréter. Le comte de Caylus et Prosper Tarbé affirmèrent que l’amie de Machaut fut Agnès de Navarre-Champagne. C’est Paulin Paris qui prouva, en 1875, qu’il s’agissait de Péronnelle, ce qu’on admettra jusqu’à nouvel ordre. Qu’importe du reste le vrai nom puisque l’intérêt réside ailleurs. N’est-il pas étonnant en effet, qu’au XIVème siècle, on ait accordé à une jouvencelle d’écrire à l’homme qu’elle admirait, de le rencontrer et de s’arranger pour qu’il fasse connaître ses écrits ? Ceux-ci sont pleins de langueur et de charme, harmonieux à souhait comme l’étaient beaucoup de poèmes en ce siècle où lyrisme et musique se trouvaient encore étroitement associés.

     

    Celle qui onques ne vous vit

    Et qui vous aime loyalment,

    De tout son cœur vous fait présent,

    Et dit qu’à son gré pas ne vit

    Quand veoir ne vous peut souvent :

    Celle qui onques ne vous vit

    Et qui vous aime loyalment.

    Car, pour les biens que de vous dit

    Tout le monde communément,

    Conquise l’avez bonnement,

    Celle qui onques ne vous vit

    Et qui vous aime loyalment,

    De tout son cœur vous fait présent.

     

     *****

      

    Très doux ami, j’ai bonne volonté

    De te donner joie et paix et merci

    Et d’accroître ton bien et ta santé,

    Très doux ami, j’ai bonne volonté.

    Car dedans toi ai mon fin cœur greffé

    Pour ce que vois qu’il veut m’aimer ainsi.

    Très doux ami, j’ai bonne volonté

    De te donner joie et paix et merci.

     

     *****

     

    Si ne vois goutte en moi, n’en son affaire

    - Car il nous faut et l’un et l’autre taire

    Et toujours plus fort nous nous aimerons

    Sans que jamais semblant nous n’en ferons -

    Et que pourra cet amour devenir,

    Nous en laisserons bonne Amour convenir,

    Pitié, Franchise et Douceur la courtoise,

    Qui savent bien que telle chose poise (pèse)

    Et sagement et à temps pourvoiront

    Quand en ce point pour aimer nous verront,

    Mais par moi cet amour ne faillira

    Tant que Pitié et Amour l’ordon’ra.

     

    (Voir Dit vers 1360) 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :