• Lettres à un inconnu : n° 9

    Lettres à un inconnu : Extrait 9

    Passer comme une vision dans la vie d'un homme sans se laisser souiller par la moindre approche, lui être une étoile, lui sembler une lumière, traverser sa vie pour y mettre l'idéal, et puis s'en aller au trot d'un cheval blanc ailleurs, je ne sais où, laissant après soi un souvenir, un désir, quelque chose d'insaisissable qui remplisse tout l'être du vouloir d'être bien, d'être fort, d'aller à la conquête du rêve. J'ai traversé plus d'une existence d'homme et toujours j'y ai mis le souvenir de cette froide et claire nuit, le désir virginal de l'idéal.

    Marianne Werefkin

    in "Lettres à un inconnu" 

    Peinture de l'auteure 


  • Commentaires

    1
    Dimanche 17 Mars à 13:40

    Un tableau ensorcelant...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :