• Lettre à un inconnu : Extrait 7

    Lettre à un inconnu - Extrait 7

     

    Il est une chose que ma nature ne supporte pas, que seul le mot allemand Knechtschaft (servitude) sait rendre. Tout droit de possession sur ma personne physique ou morale me fait bondir. Librement, de mon gré, je me donne sans marchander. Dès que je sens la main qui veut me prendre, je la mords. La liberté, c'est le fond de mon moi. Libre - je sers, prise - je tyrannise. Cette ardeur de la liberté, je l'ai eue en moi du premier jour de ma vie. Pour être libre, je suis prête au martyre. La plus belle cage, celle de l'amour, me fait fuir. Jamais je n'ai voulu être à  quelqu'un. Tout ce qu'on m'impose me dégoûte. Je suis à celui qui ne m'a jamais eue. J'ai servi mon père jusqu'à un entier sacrifice de moi-même, parce qu'il m'a laissée libre. Sa mémoire m'est sacrée, parce que de lui j'ai eu ma liberté. L'amour, le sacrifice, la vocation, je ne les comprends que libres.  "Frei und rein bin ich in meinem wahn" (libre et pure je suis dans ma folie). Voici les mots de mon moi. Je déteste la morale parce que c'est l'assujetissement de mon moi à quelque chose qui n'est pas moi.  

    Marianne WEREFKIN

    Lettres à un inconnu 

     

    Peinture de l'auteure


  • Commentaires

    1
    Dimanche 21 Octobre à 17:01

    Un texte fort et remarquable !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :