• Gérard d'Houville

    Gérard d'Houville, nom de plume de Marie de Heredia (1875-1963)

    Fille de José Maria de Heredia, femme d'Henri de Régnier et belle sœur de Pierre Louÿs, auteure de trois romans, elle écrit entre romantisme et Parnasse une poésie rigoureuse et sensible qui nous parle de la vie intérieure et s'interroge devant la mort. Son pseudonyme « Gérard d'Houville » vient du nom de jeune fille de sa grand-mère paternelle. Sous ce nom de plume, elle reçoit, en 1918, le premier prix de littérature de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre  : elle est la première femme à obtenir ce prix.

     

    Les plus tristes amours du monde

     Les plus tristes amours du monde,
    Ô mon cœur, qui les a chantées ?
    Sapho ? Didon ? Yseult la blonde ?
    Ariane en son île ronde ?
    Armide aux grâces enchantées ?
    Les plus tristes amours du monde,
    Ô mon cœur, qui les a chantées ?

     

    Les plus tristes amours du monde,
    Ô mon cœur, qui les a vécues ?
    Grande Hélène, en désirs féconde ?
    Héro tendant les bras vers l’onde ?
    Cléopâtre deux fois vaincue ?
    Les plus tristes amours du monde,
    Ô mon cœur, qui les as vécues ?

     

    Epitaphe

    Je veux dormir au fond des bois, pour que le vent
    Fasse parfois frémir le feuillage mouvant
    Et l’agite dans l’air comme une chevelure
    Au-dessus de ma tombe, et, selon l’heure obscure
    Ou claire, l’ombre des feuilles avec le jour
    Y tracera, légère et noire, et tour à tour,
    En mots mystérieux, arabesque suprême,
    Une épitaphe aussi changeante que moi-même.

     

    Gérard d'Houville

    Peinture de George Romney 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :