• Cette Malaisie Lah ! de Patricia Houéfa Grange

     

    Quel délice de suivre les pas de Patricia Houéfa GRANGE dans ce petit pays d’Asie qu’est la Malaisie !

     

    Ce recueil, qui mêle avec bonheur prose et poésie (pantouns), nous emmène au cœur de ce pays, un cœur vibrant, vivant, sonore.

     

    Couleurs, parfums, saveurs, bruits, tous nos sens sont sollicités dans un tourbillon permanent.

    L’utilisation çà et là de la langue malaise enrichit, en outre, ce carnet des sonorités propres à cette langue si particulière.

    Nous voyageons, de chapitre en chapitre, à travers les paysages, les sites, et dans le ventre profond des villes.

    Mais l’auteure nous emmène aussi au cœur d’elle-même en nous livrant ses ressentis, ses émotions, parfois même ses déceptions, et en évoquant ses rencontres amicales qu’on ressent très profondes à travers la chaleur des échanges,  le miracle des rires et  des cadeaux glissés dans son sac.

    C’est donc un carnet presque intime qu’a rédigé Patricia Houéfa GRANGE, ce qui le distingue des habituels carnets de voyage.

    L’écriture est d’une précision d’orfèvre et les pantouns ponctuent avec grâce la rivière des mots. Patricia Houéfa GRANGE nous prouve une fois de plus avec quel brio elle maîtrise l’art du pantoun.

      

     « Tapis de fleurs d’angsana

    offrandes jaunes vers les temples.

     L’encens s’élève vers Bouddha

     mille prières me contemplent. »

      

    « Forêt moussue, forêt primaire

     refuge des divinités.

     À hauteur de lichen et fougères

     habiter l’éternité. »

      

    « Forêt vierge des songes

     vole, vole, le bel oiseau frêle.

     Ne brise pas ce vrai mensonge

     où s’ébat mon âme-tourterelle. »

      

    « Dans le ciel, la pleine lune luit

    lucioles dans les branches.

     Selangor m’a éblouie

     ma nuit sera blanche. »

      

    J’ai refermé à regret ce carnet habité jusqu’à la dernière ligne. Très émouvante en effet la dernière promenade qui « met à l’envers » le cœur de l’auteure.

    « Dernière promenade. Essayer, essayer de ne pas y penser. Essayer de ne pas penser. Essayer de ne plus être que dans l’instant. Essayer, essayer, essayer… ».

     

     « Cette Malaisie lah ! »
    Préface de Georges Voisset
    Editions Gope, mars 2020

    En vente ici 

    L'ouvrage est superbement illustré par les délicats dessins au feutre de l'auteure.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 17 Mai à 15:08
    Eds Gope

    Merci pour cette belle recension !

    David Magliocco
    Editions Gope

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :