• Un poème de Wen T'ing-Yun (818-872)

    Pluie printanière, abondante : 

    La berge se teint de vert tendre.

    Frôlant les saules, arrive un couple de hérons : 

    Bains et ébats, dans la lumière nue...

     

    Rideaux d'azur haut enroulés,

    Balustrades aux méandres sans fin.

    Nuages épars sur l'eau, arbres à la brume mêlés :

    Cœur minuscule, pensée infinie.

     

     Wen T'ing-Yun (Chine)

     

    Peinture : Sabre Esler 

     


    votre commentaire
  •  

    « il marche il vole il court oui
    mais son désir terriblement est à l'ancre
    ah comme jamais l'homme est clos !
    il n'en veut qu'à ce qui se possède
    il ne sait plus que tenir c'est renoncer

      

    l'époque a trop de gestes or
    quand l'arbre a trop de branches
    la sève s'y égare
    quand l'homme a trop de mains
    l'âme y manque »

     

    Jean-Pierre Siméon, Levez-vous du tombeau

     


    votre commentaire
  •  

     

    Oiseau dans les jardins du ciel

    Ton aile mélodieuse frôle la terre

    En nos rêves embrassent ton vol.

    Le souffle du poème

    Se pose sur le bord de tes ailes. 

     

    Claire Lise Coux

    Tous droits réservés

     

    (Le parfum des daphnés)

     


    votre commentaire
  •   Poésie du thé

     

    Thé, feuilles parfumées, tendres bourgeons.

     

     Le désir poétique de l'hôte, l'amour du Samgha

     

     moulus dans le  jade blanc, tamisés dans la gaze de soie rouge.

     

     Infusé, sa couleur de pistils jaunes tourbillonne

     

     tandis que l’écume blanche s'élève.

     

     Dans la nuit, il vous invite à accompagner la lune brillante,

     

     avant l'aube, il vous immerge dans la brume du matin.

     

     

    Yuan Zhen (779-831)

     


    votre commentaire
  • Emprise des fleurs

     

    Les larmes des roses

    fécondent

    la terre 

     

    Confie ton âme

    à l'emprise des fleurs

    Confie-leur tes soupirs, tes pensées

    Chaque fleur écoutée

    est un supplice qui meurt

    Un pétale ôté

    au calice des douleurs

     

    Patricia Houéfa Grange

    Tous droits réservés

    "Le dit de la cueilleuse", NGO Éditions

     

    Peinture : John Peter Russel

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires